Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'esprit de Tibhirine, et autres récits - Page 3

  • "L'Iran peut évoluer vers un système politique inédit"

    Minoui  A di Crollalanza 1.jpgA l'occasion de la publication de son dernier ouvrage, Je vous écris de Téhéran (Seuil), Delphine Minoui m'a accordé un entretien dans lequel elle évoque sa décennie de journalisme en Iran et l'avenir de ce pays. A lire ici 

    Je donnerai prochainement sur ce blog de nouveaux extraits de cet échange.

    Vous pouvez aussi lire plusieurs autres de mes chroniques consacrées directement ou non à l'Iran et au récent séjour que j'y ai effectué.

    Iran : comment dire "au revoir" avec délicatesse

    Comme une pêcheuse de perles iraniennes en apnée

    Solidarités shi'ites et sunnites de l'Iran à la France

    Pourquoi l'Etat islamique devient si puissant

    Arabe, persan, hébreu... Pourquoi ne pas introduire au collège des modules d'histoire culturelle des langues et de leur influence sur le français (et vice-versa)?

    Nicolas Ballet

    (Photo : Delphine Minoui / crédit : A. di Crollalanza)

  • Le latin, le grec... Et pourquoi pas le turc, le persan, l'arabe et l'hébreu?

    Kalila-wa-Dimna_1.jpg

    Les Français de ma génération (années 1970), et d'autres, sans doute, ont été bercés dans leur enfance par les Fables de La Fontaine ou par Le Roman de Renart.

    Récemment, j'échangeais à ce sujet avec ma professeure de persan, une Iranienne spécialisée en archéologie/épigraphie et bonne "connaisseuse" de la littérature médiévale persane.

    Ayant travaillé, la veille, sur le renard (principal vecteur du parasite echinococcus, dangereux pour l'homme), je lui expliquais que je préparais pour Le Progrès un article donnant plusieurs exemples de la ruse de cet animal, comme celle consistant à revenir sur ses "pas" pour désorienter les chiens à ses trousses.

    "Il a la même réputation chez nous en Iran", me répondit-elle.

    "Renard", lui disais-je alors, "est un mot passé dans le langage courant en remplacement de "goupil", "Renart" étant le nom donné au goupil du célèbre Roman médiéval". Si Ysengrin avait été moins bête, peut-être appellerait-on aujourd'hui le loup, l'ysengrin...

    Je laisse de côté la question de savoir si "Renart", tiré de l'allemand "Rein-hard", exprimait, déjà, une haine "atavique" à l'encontre de nos cousins "germains".

    Ma professeure m'a alors amené  à discuter de l'hypothèse selon laquelle ces fables s'inspireraient des Panchatantra sanskrits (IIIe siècle avant notre ère), transmis à l'Occident par une traduction arabo-persane appelée Livre de Kalîla et Dimna, du nom de deux chacals (illustration ci-dessus : manuscrit arabe du XIIIe siècle).

    La Fontaine lui-même n'a pas caché ses emprunts au Grec Esope, et à ce recueil de contes de Kalîla et Dimna. De ce point de vue, il a été plus honnête que bien des auteurs, dans d'autres domaines, avant et après lui (Sénèque ou Montaigne, pour ne citer qu'eux, ont abondamment pillé d'autres oeuvres, sans s'en vanter; par parenthèse, c'est aussi, à un niveau différent, un sport national chez certains journalistes flemmards comme ces renards qui squattent les terriers d'autres animaux en considérant que ces ouvrages font partie en quelque sorte du domaine public).

    La morale de cette histoire? Il me semble qu'aucune culture ne peut être prise isolément (tiens, d'ailleurs, pancha en sanskrit veut dire "cinq", comme pandj en persan ou penta, en grec).

    J'habite à Lyon, ville traversée par le Rhône. Dirai-je que l'eau que j'y bois est lyonnaise, que je me tromperai lourdement. Car le Rhône longe aussi le département de l'Ain, dont la rivière constitue l'un des nombreux affluents. Le Rhône n'est pas davantage français : il prend sa source en Suisse. Et sa source n'est pas suisse non plus : l'eau des nappes et des glaciers provient d'autres affluents encore, et de pluies qui sont le résultat d'évaporations successives aux quatre coins de la planète.

    Il y a forcément dans cette eau là, un peu d'Iran, de Chine, d'Afrique... que sais-je encore.

    Les langues sont essentielles pour comprendre cette interpénétration des cultures (elles en portent de nombreuses traces, d'ailleurs, un peu comme du papier carbone) et des idées (voir à ce propos, par exemple : Pourquoi lire les philosophes arabes, d'Ali Benmakhlouf, Albin Michel, 2015).

    De la même façon qu'un enfant naît d'une fécondation réciproque, toute culture qui prétendrait se couper des autres, ou être une création sui generis, raconterait un énorme bobard - et se mentirait d'abord à elle-même.

    Cela me rappelle ce débat passionné, en France, autour de la réforme du collège public et des crispations nées de la volonté gouvernementale de réduire la part de l'enseignement du latin et du grec.

    Ces polémiques stériles sont le reflet, pour moi, d'un cruel manque d'ouverture d'esprit.

    Car le problème n'est pas de supprimer ou de maintenir le latin ou le grec. Il est aujourd'hui d'aller au-delà de ces cloisonnements idéologiques pour montrer les liens intimes qui s'établissent entre les langues et les cultures.

    L'apprentissage de l'hébreu, de l'arabe, du persan et du turc serait ainsi indispensable à la connaissance de l'Histoire de France et à celle de l'Europe, voire de textes fondateurs de notre imaginaire collectif (en même temps qu'il faciliterait la compréhension réciproque, la curiosité mutuelle et une meilleure intégration de certaines populations par l'intérêt montré à leur égard (1)) Si l'on ignore que le terme "Adam" dérive de l'hébreu "adama" qui signifie "la glaise", comment comprendre la Bible? Encore faudrait-il sans doute creuser davantage et l'on découvrirait alors des influences mésopotamiennes sur la culture juive... Et ainsi de suite. J'aime bien cette image d'adama/Adam : elle nous montre à quel point la langue est, non seulement une sorte de pâte à modeler qui s'imprègne de nos ADN successifs, mais aussi le lieu d'interprétations et d'interpénétrations infinies.

    Refuser cet état de fait, conduit à un nationalisme borné et destructeur. Rien de tel que l'idéologie pour asphyxier les esprits. La culture n'est pas figée : les idées y sont en mouvement perpétuel. Le contraire de ce flux s'appelle la mort.

    Alors plutôt que de hurler aux loups, souvenons à quel point Ysengrin souffrit d'avoir cru que la vérité pouvait sortir de la bouche d'un seul.

    Et comme dirait l'autre, homo homini lupus.

    Nicolas Ballet

    (1) A minima, pourquoi ne pas envisager d'introduire au collège un module d'histoire des langues, où il s'agirait de montrer par des exemples ce que le français a reçu d'autres langues, mais aussi, ce qu'il a pu leur transmettre?

     

     

  • Les Berbères envahissent le pays des Vikings

    Après l'Italie, où il avait été traduit et publié en 2014, mon livre L'esprit de Tibhirine (Seuil), autour du dernier survivant et du dialogue avec l'islam, met le cap sur la Suède. Il y sera diffusé en langue suédoise.

    Les tensions internationales actuelles que suscitent certaines franges extrémistes de la religion musulmane, appellent sans doute un besoin croissant de réponses chez des lecteurs éparpillés aux quatre coins de la planète.

    Dans un courrier reçu ce vendredi 12 juin, frère Jean-Pierre, dernier survivant de Tibhirine, exprime à sa façon sa joie d'apprendre cette nouvelle traduction : "Merci au Seigneur qui semble aimer se servir ainsi de ce livre pour faire connaître à beaucoup l'oeuvre de sa grâce dans la vie de nos frères et bien sûr également le message si actuel du pardon et celui de la bonne entente entre les hommes sans distinction aucune."

    Nicolas Ballet

     

  • Pourquoi l'Etat islamique devient si puissant en Syrie et en Irak : entretien avec Fabrice Balanche

    IMG_0256.JPGDès l’an 2000, il prédisait dans sa thèse de doctorat la dislocation de la Syrie, selon un scénario identique à celui de la Yougoslavie après la mort de Tito. Cette audace universitaire ne lui a, à l’époque, pas valu que des amis en France. Le géographe Fabrice Balanche dirige à Lyon le Groupe d’études et de recherches sur le Moyen-Orient et la Méditerranée. Je suis allé à sa rencontre pour mieux comprendre la situation actuelle dans cette partie de la planète. Pour ce chercheur - comme d’ailleurs pour le patriarche des maronites du Liban, que nous avions interviewé en mars près de Beyrouth -, la région allant de la Syrie à l’Irak est appelée à se recomposer sur la base d’Etats ethniques et confessionnels. Son éclairage permet de mesurer et d’expliquer l’enracinement de l’Etat islamique. Entretien en libre accès à lire sur le site du Progrès :

    http://www.leprogres.fr/actualite/2015/05/29/decryptage-pourquoi-l-etat-islamique-devient-si-puissant

  • En 1638, un religieux fondait le premier Etat laïque : une expérience utile pour l'islam de France

    En décembre de cette année, on fêtera le 110e anniversaire de la loi française de séparation des Eglises et de l’Etat. Mais qui sait qu’une colonie britannique avait été pionnière dans le domaine de la liberté de conscience, dès le XVIIe siècle, en Amérique du Nord, à l’initiative d’un pasteur baptiste? Pour l'historien et sociologue Jean Baubérot, cette expérience pourrait être utile pour diffuser une vision plus accrocheuse de la notion de laïcité parmi les Français de confession musulmane et les autres résidents adeptes de cette religion. 

    En ce temps-là, les Etats-Unis n’étaient pas encore les Etats-Unis. Mais une forme de modernité émergeait déjà sur la côte Est du continent nord-américain, dans la colonie du Rhode Island. C’est au XVIIe siècle, dans la ville de Providence, qu’a surgi l’une des premières expériences concrètes de laïcité, bien avant la Révolution Française, et trois cents ans avant que notre loi ne proclame en décembre 1905 la séparation des Eglises et de l’Etat.

    Cette histoire méconnue du grand public, est ressortie des tiroirs par Jacques Buchhold, théologien et cofondateur à Lyon, dans les années 1980, de l’église évangélique «La Bonne Nouvelle». Dans un ouvrage collectif (1), il raconte des bribes du parcours hors-norme du pasteur baptiste britannique Roger Williams, l’un des pionniers de la laïcité. Ce dernier fut à l’origine en 1638 du pacte constitutionnel de Providence, que des spécialistes considèrent comme la matrice du «premier Etat laïque du monde occidental» – le Rhode Island.

    «C’est la volonté de Dieu que soit garantie à tous, dans chaque nation et dans chaque pays, la liberté des consciences et des cultes, même ceux des plus païens, des Juifs, des Turcs [les musulmans] ou des antichrétiens» écrivait à l’époque Roger Williams. "A l’inverse de nombreux puritains, «(ce pasteur) exigeait d’ailleurs que l’on achète les terres aux Indiens, et non qu’on les leur confisque», nous précise Jacques Buchhold. Mais pourquoi donc ce désir forcené de sa part, d’implanter un embryon de «laïcité» (le terme n’existait pas encore tel que nous le connaissons), dans le Nouveau Monde? Etait-ce pour des raisons stratégiques? Il semble que non. Selon Jacques Buchhold, le pasteur Williams ne faisait qu’appliquer le Nouveau Testament : «Les textes, notamment chez saint Paul, sont explicites : la foi ne peut être que le fruit de la conviction, jamais de la contrainte.» De même, dans la théologie baptiste, le baptême ne peut-il être imposé à la naissance; il relève d’une démarche personnelle : «Cette conception des choses laïcise déjà l’approche de la société» estime Jacques Buchhold.

    La question de savoir si l’expérience de Providence a pu influencer ou non les pères de la Révolution Française reste ouverte. «Elle a eu en tout cas un effet important aux Etats-Unis, car le Rhode Island avait refusé de signer la Constitution, jusqu’à ce que le Premier amendement reconnaisse la liberté de conscience», affirme Jacques Buchhold. L’héritage va plus loin : la célèbre formule du «Mur de séparation» nécessaire entre l’Etat et l’Eglise est attribuée au président Thomas Jefferson, alors que ce dernierl’a empruntée à Roger Williams!

    «Ce pasteur est l’un des principaux inventeurs de la laïcité et il a appliqué ces principes quand il a exercé des responsabilités civiles», souligne de son côté Jean Baubérot, sociologue spécialiste de la laïcité (2). «A mon avis», me déclare Jean Baubérot, «une laïcité dont on admettrait que Williams a été une des origines, au lieu de croire que tout vient des Lumières françaises, serait plus facile à comprendre et à intérioriser par des musulmans aujourd’hui».

    Nicolas Ballet

    (1) Libre de le dire : fondements et enjeux de la liberté d’expression en France (BLF éditions, 11,90 euros)

    (2) Préface au livre Roger Williams, genèse religieuse de l’Etat laïque (Labor et Fides, 18 euros)